« Ballard (Charles-Simon-Pierre), né en 1768, à Luzy (Nièvre), de Gilbert, seigneur de la Chapelle (commune de Devay*, canton de Decize, arr. de Nevers), conseiller au parlement de Bourgogne et commissaire aux requêtes du Palais, et de Marie-Anne Sautereau ; demeurant à Luzy.

Son père avait été inscrit, le 3 octobre 1793, par l'administration de la Côte-d'Or. Propriétaire dans les districts d'Autun et de Bourbon-Lancy, il fut porté lui-même sur la liste du 9 frimaire, —Ballard, fils de Ballard, conseiller aux requêtes, parlement de Dijon, Nièvre, — et reporté sur celle du 29 germinal. Le département de la Nièvre l'avait également inscrit. Ballard avait quitté Luzy pour se soustraire à des persécutions et s'était établi à Lyon dès le 25 octobre 1791 ; mais il s'était présenté, le 13 novembre 1792, à la municipalité de Luzy pour attester sa non-émigration. Ce fut seulement après le 18 fructidor qu'il quitta forcément le territoire français et se retira à Lausanne. Rayé provisoirement, le 16 messidor an VIII (5 juillet 1800), par l'adminstration de la Nièvre, il n'obtint sa radiation définitive qu'après avoir été placé sous la surveillance par arrêté du 7 brumaire an IX (28 novembre). Tous ses biens avaient été vendus, et il se trouvait dans une situation d'autant plus gênée qu'il avait eu de son mariage avec Adélaïde-Jeanne-Antoinette Valfray plusieurs enfants. »


F7 5392.


* A vérifier ; je croyais qu'il s'agissait de la Chapelle, commune de Tazilly.

« Les émigrés de Saône-et-Loire, première partie, Individus inscrits par le département de Saône-et-Loire », Paul Montarlot, Mémoires de la société éduenne, nouvelle série, t. 42, 153-154.

Tome 43 (1919), p. 99 :

« Coujard de la Verchère (Clémentine Charlotte), née en 1754 de Lazare et de Louise Venot ; épouse de Jean Lemulier de Bressey, ex-conseiller au parlement de Dijon.

Elle était allée en Suisse avec son mari à la fin de 1791 ; mais elle était rentrée, comme lui, en avril 1792, dans le délai fixé par la loi du 8 de ce mois. Portée néanmoins sur la liste du 9 frimaire, elle fut accusée d'émigration, renvoyée devant le tribunal criminel de l'Ain, emprisonnée à Bourg, élargie par Boisset le 14 frimaire an III (4 décembre 1794), après un an de détention, et rayée définitivement le 5 ventôse suivant (23 février 1795). Voir Lemulier de Bressey.

 

Id, p. 99-100 :

« Coujard de la Verchère (les héritiers de), propriétaires à Montecenis.

Denis Coujard de la Verchère, frère de la précédente, avait été garde du corps. Ses héritiers furent portés sans désignation individuelle sur la liste du 9 frimaire. C'étaient Mme Lemulier de Bressey et ses trois frères, Jean-François, gendarme de la garde du roi, Gilbert, procureur du roi au grenier à sel de Luzy, et Claude, avocat en Parlement. Une indemnité de 539 fr. de rente, représentant un capital de 17,951 fr. 19 c. pour des biens dans l'Allier, et une autre indemnité de 9 fr. de rente, représentant un capital de 308 fr. 93 c. pour des biens dans le district d'Autun, furent alloués à Mme Lemulier de Bressey et aux quatre neveux et nièces du défunt, les Coujard de la Cheize.